De la démocratie aux médiarchies

La question de l’éducation aux médias valorise souvent l’autonomie et la critique. Or, comme le dit Bruno Latour, l’autonomie et la critique sont des projets de la modernité qui posent problème. Elle devrait surtout s’intéresser à la question de l’orientation. Or, si on est toujours orienté, on s’oriente en fonction de stimuli. On s’oriente dans les environnements qui sont les nôtres, qu’ils soient réels ou symboliques, on s’oriente dans la rue, comme on s’oriente face au travailleur chinois qui fait le même travail que moi pour un autre salaire.

[lire la source]

La blockchain réinvente l’oeuvre, la rémunération et le créateur

À l’inverse, l’application de la blockchain au livre « fait éclater la notion d’auteur unique : c’est une figure plurielle qui se dessine, et probablement parlera-t-on plutôt de créateurs ». Au risque que le droit moral soit malmené ? « Ce n’est pas à nous d’inventer le droit, mais au droit de trouver comment s’adapter aux nouvelles technologies. Il faudra réfléchir aux usages. Mais si l’on malmène le droit moral… nous sommes désolés », plaisante Alexandre Rouxel, cocréateur de Wespr.

[lire la source]

“AP2022” : les formes de la réforme

Se donner les moyens de mobiliser des communautés autour de représentations partagées de l’avenir, et d’un chemin désirable pour y parvenir. Personne ne se mobilise pour “une action publique plus efficiente”. Or, sans mobilisation, il ne se passera pas grand chose : les changements envisagés sont trop importants, et la légitimité institutionnelle structurellement trop faible, pour que la transformation soit forcée “d’en haut”.

[lire la source]

Le Gouvernement lance l’expérimentation de l’intelligence artificielle dans l’administration

AMI s’adresse essentiellement à des acteurs publics désireux d’expérimenter à la fois des approches (techniques d’intelligence artificielle) et des modes de travail innovants (méthodes « agiles ») pour aborder sous un autre angle leurs problématiques métier. Pendant 10 mois (sur la période 2018 et 2019), les lauréats bénéficieront d’un accompagnement à la fois technique, mais aussi stratégique.

[lire la source]

Electric Road 2018 à Nantes, entre futurisme et pragmatisme

Il y a un consensus clair : il faut se résoudre à considérer que la mobilité est une question concrète et terriblement complexe qui touche chaque jour des milliards d’êtres humains et pour laquelle il n’existe pas de solution miracle. Transporter des humains, des produits ou des informations exige de l’énergie, de la place et du temps. La récente floraison de recherches et d’idées en rupture est utile et permettra de faire émerger des solutions à long terme. A court terme, il faut néanmoins agir. La confusion entre les deux plans temporels peut conduire à de graves contre-sens. La voiture autonome est un bon exemple de machine à fantasmer.

[lire la source]

Les « Civic tech » ou la démocratie en version start-up

Les plates-formes d’engagement citoyen séduisent de plus en plus de jeunes, diplômés et citadins en tête. « Que reprochez-vous au système politique français ? A la démocratie ? Qu’aimeriez-vous changer ? » , interroge, depuis le fond de la salle, un jeune homme élancé à l’allure soigneusement décontractée. Charles Defrennes, 26 ans, travaille comme médiateur chez Voxe.org, comparateur de programmes politiques en ligne, depuis un an. Ce soir de février, au rez-de-chaussée de la maison des associations du 12 e arrondissement de Paris, il a réussi à réunir une trentaine de participants qui ne se connaissent pas, mais ont […]

L’obfuscation : brouiller ses traces numériques pour mieux embrouiller les plateformes

Ne reculant devant aucune mission, Usbek & Rica analyse de temps en temps l’origine de mots étranges que les plus de 20 ans ne sont pas forcément en mesure de comprendre. C’est le cas de l’obfuscation. Démarche consistant à brouiller ses traces en ligne, elle est un peu « l’arme du faible » du citoyen qui ne souhaite pas jeter sa vie en pâture aux plateformes et tente de brouiller les pistes comme on affiche un poker face . Les scandales récurrents concernant les données personnelles devraient lui assurer un bel avenir. Encore faudrait-il que ça marche…

Issu du latin […]

Le dogme de la «startup nation» à l’attaque du service public

Les agents des services publics connaissent les points de blocage et se focaliseront plus facilement sur cette créativité organisationnelle parce qu’ils sont à l’intérieur des services et savent qu’on ne peut pas repartir de zéro. Comment leur redonne-t-on confiance dans leur propre esprit d’initiative, alors qu’on a passé des années à les décourager pour des raisons de procédure, pour des rivalités de clocher ou pour des réductions de moyens systématiques ? Que peuvent-nous dire les pratiques des start-ups pour changer cela ? Quasiment rien, car leur objet, leur situation, leurs cultures, leurs contraintes ne sont pas du tout de cet ordre.

[lire la source]

Comment la Commission européenne veut favoriser l’innovation


Privilégier l’opensource

La Commission mise sur « la science ouverte » pour nourrir un cercle vertueux : exigeant un accès ouvert aux publications et aux données, ce mode opératoire stimulera les ambitions des créateurs, innovateurs et chercheurs de tout poil. Et favorisera « le potentiel d’innovation » au sein de l’Union européenne.

[lire la source]

Le Bouillon c’est une soupe de liens sur la connaissance et le numérique recommandés avec amour par nos cuisiniers!

inscrits au Bouillon par courriel, et vous ?

Contactez-nous ou demandez à rejoindre le Bouillon